Finis les sacs de plastique à usage unique!

 

Dès le 22 avril 2021, le règlement 929 pour le bannissement des sacs de plastique entrera en vigueur, ce qui signifie qu’il sera désormais interdit pour les commerces de détail de Rosemère de distribuer, vendre ou offrir certains types de sacs d’emplettes à partir de cette date. Tous les sacs d’emplettes en plastique, peu importe leur épaisseur, sont visés par cette interdiction. Si ce n’est pas déjà le cas, tous les citoyens sont donc appelés à prendre la bonne habitude d’utiliser des sacs réutilisables pour emporter leurs achats lorsqu’ils magasineront dans la Ville!

 

Rappelons que la Ville de Rosemère a adopté cette mesure environnementale en février 2021, afin de s’arrimer au Plan d’action métropolitain sur les sacs de plastique, une initiative visant à réduire les matières résiduelles à la source. Plusieurs villes du monde se sont engagées à lutter collectivement contre la prolifération des sacs de plastique et plus généralement, contre l’ensemble des matières plastiques abandonnées dans la nature, compte tenu de leur impact sur les écosystèmes terrestres et marins et des problèmes reliés à leur dégradation et à leur recyclage.

 

Bien que la pandémie de la COVID-19 ait retardé l’adoption de ce règlement en 2020, le conseil municipal entend étendre ce règlement dès le 1er janvier 2022 aux restaurants et inclure le bannissement des plastiques suivants: pailles, bâtonnet à mélanger (café), anneaux pour cannettes, ustensiles et récipients alimentaires difficiles à recycler.

POURQUOI BANNIR LES SACS DE PLASTIQUE À USAGE UNIQUE?

Actuellement, entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’emplettes, principalement des sacs de plastique, sont distribués chaque année au Québec. Seulement 14% de ces sacs sont récupérés. L’objectif de bannir les sacs de plastique à usage unique est de réduire l’impact des sacs de plastique sur l’environnement.

 

Impact des sacs de plastique :

  • Les sacs de plastique perdus représentent une nuisance visuelle;
  • Ils ont des impacts importants sur les écosystèmes terrestres et marins;
  • Leur dégradation peut prendre jusqu’à 1000* ans;
  • Leur production requiert des produits pétroliers et de l’eau et génère des gaz à effet de serre;

 

Le règlement vise à favoriser le principe de réduction à la source des matières résiduelles générées par les sacs d’emplettes. La « réduction à la source » signifie donc de réduire le volume des matières résiduelles générées par la production des sacs d’emplettes, tant au niveau de la consommation des ressources (pétrole, eau, plastique) que des impacts environnementaux (production de gaz à effet de serre, etc.).

 

*Données de la Communauté métropolitaine de Montréal

Sacs interdits

Il est interdit de distribuer, dans les commerces de détail, les sacs d’emplettes suivants, et ce, sans égard à leur épaisseur:

  • Sacs de plastique conventionnels (sac composé de matériaux à base de pétrole offert, lors du passage à la caisse, pour transporter les achats);
  • Sacs compostables (sacs d’apparence de plastique);
  • Sacs de plastique biodégradables (sac composé de molécules de polyéthylène pouvant être décomposé par l’action de microorganismes);
  • Sacs de plastique oxodégradables ou oxofragmentables (sac composé de plastique dérivé du pétrole auquel sont ajoutés des additifs oxydants favorisant sa dégradation en morceaux plus petits);
  • Sacs de papier conventionnels (sac composé exclusivement de fibres cellulosiques)

Sacs acceptés / Exemptions

  • Sacs réutilisables (pouvant être réutilisés plusieurs fois comme sac d’emplettes composés de matière recyclée, de fibres naturelles, de polyester ou de polypropylène);
  • Sacs de papier recyclé (sacs composés en tout papier recyclé ou contenant minimalement 40 % de fibres post consommation, non cirés, recyclables ou compostables);
  • Sacs d’emballage en plastique utilisés à des fins d’hygiène pour contenir des produits alimentaires comme la viande, la volaille, le poisson ou les produits vrac;
  • Produits déjà emballés par un processus industriel;
  • Sacs pour vêtements distribués par un commerce offrant le service de nettoyage à sec;
  • Sacs contenant du matériel publicitaire dans le cadre d’une distribution porte-à-porte;
  • Sacs d’emballage pour les pneus.
COMMENT FAIRE MA PART COMME CITOYEN?

Dès maintenant, les citoyens sont invités à utiliser des sacs réutilisables dans tous les types de commerces qu’ils fréquentent.

Pour répondre aux achats spontanés, assurez-vous de toujours en avoir un à porter de main. D’ailleurs, certains sacs réutilisables très compacts s’insèrent facilement dans un sac à main, un sac d’école, un sac d’ordinateur, la poche d’un manteau, etc. Sinon, pensez à toujours conserver des sacs réutilisables dans la voiture.

Mais comment choisir le bon sac réutilisable?

Plusieurs critères peuvent être considérés afin de faire un choix éclairé. Il difficile de trouver un sac répondant à tous les critères, mais s’il en respecte quelques-uns, il s’agit alors d’un bon choix.

  • Durable (réutilisation garantie et de longue durée)
  • Résistant (solide)
  • Lavable
  • Recyclable
  • Fabriqué de manière responsable (ex. locale, équitable, peu énergivore)

Le meilleur des choix demeure toutefois le sac que vous possédez déjà!

BLOGUE

C’est l’hiver et le camion ramassant les matières organiques vient de passer. Vous enfilez votre manteau et vos bottes pour remettre le bac brun à sa place. Vous déneigez le dessus et vous tirez un peu plus fort sur les poignées pour l’ouvrir, car la......

Biodégradable, compostable, réutilisable, en papier… Il peut être difficile de distinguer les différents sacs destinés au compostage et d’acheter le bon produit quand on ne connaît pas leurs propriétés. En effet, on trouve une panoplie de types de sacs sur le marché et certaines étiquettes......

Être écolo, c’est populaire et beaucoup plus facile qu’autrefois. La génération actuelle est de plus en plus consciente de l’importance de faire attention à l’environnement et à la nature qui nous entourent. De simples petits gestes sont effectués et font une grande différence. En d’autres......